Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unite - Progres - Justice

Ministère de la sécurité : la nouvelle police secours officiellement lancée dans la ville de Ouagadougou

Le ministre de la sécurité Ousséni Compaoré, représentant le Premier ministre, a procédé le jeudi 22 octobre 2020 dans l’arrondissement 9 de la ville de Ouagadougou, au lancement de la nouvelle Police secours

La cérémonie s’est déroulé en présence de certains membres du gouvernement, des corps diplomatiques, de la hiérarchie militaire et policière, des chefs coutumiers et religieux et la population de l’arrondissement 9. Elle a été ponctuée par des allocutions, des animations musicales et un sketch de sensibilisation présenté par la troupe théâtrale de Ba Bonga. La nouvelle police secours se veut être une police de proximité qui va renforcer le sentiment de sécurité et la quiétude des citoyens. Elle va également travailler à restaurer la confiance de la population envers les forces de sécurité intérieure. Constituée de gendarmes et de policiers, cette première phase va employer 250 agents avec 24 véhicules pour la ville de Ouagadougou. Les agents de police secours ont pour mission : de prévenir ; être aux côtés des populations pour les rassurer de jour comme de nuit afin de dissuader le passage à l’acte délictuel ; afficher leur présence et assurer une visibilité policière, y compris dans les zones criminogènes ; occuper le terrain pour empêcher les autres de le faire ; répondre présents aux lieux et endroits où les appels au 10 10, au 16 et au 17 les conduiront.

Dans son allocution, le maire Albert Bamogo dont l’arrondissement a abrité le lancement de cette nouvelle initiative s’est réjoui du choix porté sur son arrondissement pour lancer ce projet. Il a salué le président du Faso et son gouvernement pour cette grande vision de reformer le secteur de la sécurité en la modernisant et en la rendant plus efficace. Il a ensuite pris l’engagement avec son conseil municipal et toute la population de réserver un accueil chaleureux aux équipes qui vont sillonner les différents quartiers. « Nous allons collaborer étroitement avec vos agents pour un arrondissement plus sûr et plus prospère », a rassuré Albert Bamogo.

Prenant la parole à la suite du maire de l’arrondissement 9, Armand Béouindé maire de Ouagadougou a traduit les remerciements de sa ville au chef du gouvernement pour cette vision. Il a indiqué que la ville de Ouagadougou compte 12 arrondissement et 55 secteurs avec environ 3 millions d’habitants. Sécuriser une telle ville ajoute-t-il, n’est pas une chose aisée. Ce projet contribuera selon lui, à réduire le sentiment d’insécurité de la population. Il a rassuré  la disponibilité de sa commune à le soutenir. Le bourgmestre a  souhaité que la police municipale soit aussi impliquée dans cette initiative.

Pour le ministre de la Sécurité Ousséni Compaoré qui a procédé au lancement de cette nouvelle police secours, le projet Police secours est aujourd’hui une réalité. Sa conception et son opérationnalisation ont pris plusieurs mois au cours desquels, tirant leçon de l’échec de l’ancienne Police secours, tous les contours et toutes les facettes du projet ont été analysés par les concepteurs. Il ressort de cette étude que les actes de délinquance urbaine, le terrorisme et la communication autour de ces phénomènes ont exacerbé le sentiment d’insécurité au sein des populations de la ville de Ouagadougou. Il ressort également de façon manifeste, un déficit du maillage sécuritaire de la ville et un déficit de collaboration entre les acteurs de la sécurité et les populations. Selon le ministre de la Sécurité, c’est fort des recommandations issues de cette étude que le projet Police secours a été initié pour répondre aux préoccupations des populations de la ville de Ouagadougou au plan sécuritaire. Il a aussi laissé entendre que le lancement de ce jour constitue la phase pilote du projet qui sera implémenté dans la ville de Bobo-Dioulasso et dans les autres villes du pays. Le premier responsable de la Sécurité a, dans son allocution, salué l’ensemble des contributeurs au projet, notamment les acteurs étatiques, les acteurs privés et les acteurs de la coopération bilatérale et multilatérale. Il a témoigné sa reconnaissance et celle du gouvernement à l’endroit de nos compatriotes comme : Mahamadi Sawadogo, Président de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina ; Apollinaire Compaoré, PCA de Wend kuuni Bank International ; Lassiné Diawara, PCA de MABUCIG ; Idrissa Nassa, PCA de Coris Bank International ; Beli Biyen, PDG de Yelhy Technology ; Mohamed SOGLI, PDG de SOPAM. « Grâce à eux et à l’Etat, nous avons pu financer l’achat des véhicules qui sont devant vous ce matin » a-t-il indiqué. Il a aussi cité au titre de la coopération bilatérale, la coopération française, la coopération allemande, la coopération chinoise, le PNUD, qui ont notablement contribué à l’opérationnalisation du projet. A l’endroit de la population, « Aujourd’hui, votre police nationale et votre gendarmerie nationale viennent vers vous à travers un nouvel engagement, un nouveau partenariat, un nouvel esprit. Ils viennent vers vous, pas pour vous interpeller ou faire des enquêtes mais pour vous porter secours de jour comme de nuit », leur a-t-il rassuré.  A partir d’aujourd’hui donc, a-t-il  poursuivi pour conclure, policier municipaux, policiers nationaux et gendarmes ne font qu’un avec la population pour assurer la sécurité des personnes et des biens par le biais de la prévention.